13 juin, 2008

-| La poisse |-

Pour ceux qui ne le savent pas encore je me suis fait voler mon chéquier avant même de l'avoir tenu dans mes mains, au centre de tri de la poste (oui, oui !). Evidemment cette charmante personne s'est fait d'énormes cadeaux. Heureusement, j'ai été remboursé par la banque assez rapidement. Ouf parce que avant que je ne fasse opposition il m'en a coûté presque la moitié de ma paie ! Et ce n'est que le début des emmerdements ! J'ai reçu un coup de téléphone de Bouygues me demandant si j'avais bien ouvert 2 lignes de téléphone chez eux. Evidemment que non ! Donc je suis bonne pour porter plainte pour "usurpation d'identité". Et j'avoue que le coup de la fausse carte d'identité à mon nom me fait plus que peur !!!
Someone stole my checkbook before i was even able to see it (at the post office probably). Before i realise it was stolen, the person spent aout half of my paycheck, and keep signing checks ! Luckily enough the bank paid me my money back. But this is just a begining. I just received a phone call from a mobile phone company asking me if i had really opened 2 lines. Of course not ! Not only this person has stolen my checkbook but she also has stolen my identity making a fake ID ! And this is what scares me most !!!
En espèrant que cette mésaventure soit la dernière des 3 récentes (concours-ordi-chéquier) ! Voici quelques scraps récent.
Hoping that this little misadventure is the last of the 3 that happened to me recently (tes-computer-checkbook) ! Here are some recently created LOs.
Fini il y a quelques minutes. Rough & Tumble, le sublime Tanner :
Just finished a few minutes ago. Rough and tumble about my dearest cousin Tanner :

Crédits
Pour le You Rock lift sur le blog de Lauren, une ligne de cousins :
For the You Rock lift on Lauren Reid's team blog :
Un projet hybrid :
An hybrid project :
Une page sur le débarquement. Grand-mère m'a envoyé un poème qui parle spécifiquement de la maison de Bernière. Je ne pouvais pas ne pas faire une page ! Le poème est assez long, mais je tenais à ce qu'il soit sur la page en entier. Auteur anonyme.
A page about Landing Day. My Grand-Mother sent me a poem about their house during that day. I couldn't help making a LO ! The poem is pretty long but i didn't want to cut it. Unknown author.

Crédits

Le poème :
La Maison des Canadiens

Sauter dans l'eau
Courir aussi vite que possible.
Courir à en mourir.
Deviner les amis qui tombent
Ignorer le cri des bombes.

Ne pas mourir...
Non, ne pas mourir.
Pas aujourd’hui,
J'ai tant à faire, encore tant à vivre.
Un trou.
M'ensevelir.
M'y blottir un Instant
Juste un moment.
Et courir encore.
Courir comme je respire.
L'air qui crépite.
L'air qui trébuche et s’embue de l'odeur de la mort
L'air à jamais empesté du son des corps
Abandonnés à la mer qui s'agite.

Le parapet enfin
S'abriter pour de bon...
J'entends gémir mes compagnons
J'attends que souffle l'air marin.
J'attends encore que sur mon front
Sèche la peur,
Que sur mon cœur
Pleure mon destin.
Et la maison se dresse,
Impactée, ravagée, à genoux.
La maison est là, qui survit malgré tout.
Elle accueille, blessée mais debout
Un homme des Queen's Own,
Un soldat jusqu'au bout

Il est le premier qui s’avance
Dans mes murs torturés,
Par les balles infestées,
Les éclats dévorés.
Il est le premier qui s'avance
Dans une maison libérée.

Je suis la Maison, témoin silencieux
Qui s'emplit parfois du bruit si précieux
D'un pas hésitant, usé par les ans,
D'un pas vétéran.
Je veille; vigilante,
Morceau d'Histoire,
Phare de Mémoire
Pour qui me hante.
Car je construis l'avenir,
A coup de souvenirs
Qui tapissent mes murs
Et témoignent de la vie,
Et pour le futur ;
Dons des Queen’s Own
Et de tous ceux qui un jour
Ont vu l'Enfer s'ouvrir,
Et avaler sans recours
De jeunes Canadiens,
Sans espoir de retour.
Et les hommes se succèdent
Toujours moins nombreux
Et quand l’un d'eux, à jamais s'efface,
Que le sable, pourtant, en garde encore .la trace
Alors mes murs se givrent, se couvrent de glace.
Je pleure alors l’Histoire qui s'échappe,
Je pleure alors de voir que le temps nous rattrape.
Qu’il atteint, sans haine maïs à jamais,
Une vie canadienne que j'aimais honorer.
Je suis la Maison attentive.
Je veille, bienveillante, sur mes enfants du 6 juin,
Tendres survivants, vétérans canadiens.
Je suis un havre de paix pour ces hommes de bien.
Je suis à Bernières, la Maison des Canadiens.
Voilà c'est tout pour aujourd'hui. Bonne nuit et bon weekend.
That's it for today. Good night and have a nice weekend.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire